A 29 ans, Élodie n’a pas perdu de temps pour gagner en responsabilités dans son métier d’actuaire. Elle est aujourd’hui directrice associée du cabinet dans lequel elle a fait ses premiers pas en alternance. Élodie est une fonceuse et une travailleuse qui s’est donnée les moyens de réussir. Il faut dire qu’elle a su assez tôt qu’elle voulait devenir actuaire, un métier pourtant très peu connu. Son père travaillait dans les assurances et c’est lui qui lui a permis d’en découvrir l’existence. C’est l’aspect relationnel qui lui a plu. Elle a opté pour le cursus universitaire plutôt que d’intégrer une prépa pour découvrir le métier tout en gardant d’autres portes ouvertes dans le domaine des assurances et en avoir une vision plus globale. Pour rejoindre ensuite l’ISFA, de très bons résultats étaient indispensables. Elle a donc travaillé sans relâche pour parvenir à son objectif. Les actuaires sont peu nombreux et pourtant très recherchés. Une forte demande existe. Des chasseurs de tête la contactent régulièrement mais pour le moment, elle n’est pas intéressée, son poste lui convient très bien.

Son Conseil

« Ce métier est peu connu alors que la demande est très forte. Il est essentiel d’avoir un très bon niveau en mathématiques. »

Son cursus universitaire

Son parcours jusqu’à l’ISFA

Elle a longuement hésité pour le choix de sa formation pendant son année de terminale afin de préparer au mieux son entrée à l’ISFA.

Elargir ses perspectives

La mixité durant ses études

Dans sa promotion à l’ISFA, les filles représentaient près de 35% des effectifs.

Des filles moins nombreuses

Ses premières expériences professionnelles

Elodie a acquis par elle-même de l’expérience très tôt, avant même les stages obligatoires.

Multiplier les expériences

Un métier prenant et stimulant

Directrice de mission, Elodie est en contact direct avec les clients.

La dimension relationnelle

Un secteur porteur

Son métier d’Actuaire

Sa vision

Les aspects les plus plaisants du métier :

  • le relationnel : c’est intéressant de pouvoir échanger directement avec le client
  • la réalisation du calcul pour répondre à leurs attentes tout en prenant en compte ses contraintes : c’est toujours un nouveau défi
  • la variété des missions : absence de monotonie.

Les aspects les plus négatifs :

  • Le travail dans le conseil nécessite un important investissement personnel qu’il ne faut pas négliger : les clients imposent des délais souvent très courts que devons respecter
  • Des missions peuvent être redondantes avec les années (états règlementaires, suivis techniques…).

Zoom sur ses missions

C’est un métier très vaste qui touche différents domaines. On trouve des actuaires en finance (des traders sont actuaires) mais aussi dans le monde de l’assurance spécialisés dans la souscription (créer de nouveaux produits, donner son avis sur un risque), à l’inventaire (faire des comptes pour la compagnie d’assurances), ou bien rattachés à la direction technique (pour réaliser notamment des évaluations de provisions). Elodie fait, quant à elle, du conseil,  plus particulièrement sur les questions de santé et de prévoyance (invalidité, incapacité, décès).

Calculs / Mathématiques / Statistiques / Probabilités

C’est un point assez important pour les actuaires. Elle accompagne des mutuelles régionales ou nationales et qui, très souvent, n’ont pas de direction technique.

Son rôle de conseil

Tarification et comptabilité

Elle doit disposer de solides compétences en terme de manipulation des chiffres.

Calcul des tarifs des contrats d’assurance

Respect des normes juridiques

Elle doit se tenir informée de la réglementation en vigueur pour les assurances et s’assurer qu’elle est bien respectée par ses clients.

Suivre les évolutions

 Marketing

Elle réfléchit aux meilleures stratégies commerciales afin que le contrat d’assurance soit le plus rentable possible.

Attractivité du produit

 Commercial

Elle se doit de recruter de nouveaux clients en répondant à des appels d’offres et en réactivant régulièrement son réseau de clients.

Prospection et fidélisation

Son environnement professionnel

    La structure

Douze salariés travaillent au sein du cabinet. Lorsqu’Elodie est arrivée, elle était la seule employée.

Une diversité des missions

    Ses relations professionnelles

Du fait de son poste de directrice associée, elle a des responsabilités de management.

Formation et encadrement

     L’actuariat, un secteur plutôt masculin

La société Actelior compte trois femmes pour dix personnes.

Gagner la confiance