Ulrich savait dès le lycée qu’il voulait poursuivre ses études puis travailler dans le domaine de la biologie. Aujourd’hui, il est passionné par ce qu’il fait et s’investit à 100% aussi bien dans sa fonction de maître de conférences à l’Université Lyon 1 que d’enseignant-chercheur au centre de recherche de Cancérologie. Et comme ces lourdes responsabilités ne l’avaient pas encore assez rassasiées, il est également directeur des études en biologie. Il ne compte pas ses heures. En recherche, le cerveau n’est jamais complètement déconnecté. Pour pouvoir évacuer la pression en dehors du travail, le sport est à ses yeux le meilleur remède. Les activités artistiques (peinture sur toile) et les voyages sont aussi pour lui un bon moyen de s’évader.

Son Conseil

« La maîtrise de l’anglais est devenue incontournable dans ce métier. Lecture de revues techniques, écriture d’articles scientifiques internationaux, rédaction de demande de financement… Tout se fait désormais dans la langue de Shakespeare. »

Son cursus universitaire

Un parcours bien réfléchi

Après son bac S, option biologie, Ulrich souhaitait continuer des études en Biologie, une matière qui l’intéressait tout particulièrement au lycée.

Des études en biologie

La mixité durant ses études
En biologie de façon générale, les filles sont plus nombreuses à faire le choix de ce cursus.

Des filles plus nombreuses

Ses contrats post-doctoraux

A l’issue de sa thèse, une expérience post-doctorale est vivement recommandée pour devenir chercheur ou enseignant chercheur en France. Il a fait le choix d’en réaliser deux pour mettre toutes les chances de son côté pour le concours d’enseignant-chercheur.

Une opportunité à l’étranger

Le métier de chercheur

C’est un métier passionnant mais aussi très prenant dans lequel il faut s’investir, et qui demande certaines concessions.

Un concours exigeant

Un défi permanent

Son métier de maître de conférence en Biologie Cellulaire / Enseignant-Chercheur

Sa vision

Les aspects les plus plaisants du métier :

  • sa passion pour la Biologie Cellulaire et la recherche
  • une certaine liberté de penser, de diriger son projet, d’aller où il veut dans ses recherches
  • les contacts fréquents avec des acteurs et des publics différents
  • toutes journées sont uniques avec des problèmes, des joies et des déceptions : absence de monotonie
  • la satisfaction de valider une hypothèse et d’avancer dans ses recherches.

Les aspects plus négatifs :

  • la compétition entre les chercheurs malgré des contraintes budgétaires importantes
  • le fait de conjuguer deux mi-temps (enseignement et recherche)
  • faire face aux échecs
  • la recherche de financements
  • en tant que Maitre de conférences, la lourdeur administrative liée au fonctionnement universitaire.

Zoom sur ses missions

En tant que Maitre de conférences, Ulrich est donc enseignant-chercheur : il a une double casquette.

Enseignement

Il dispense des enseignements en Biologie cellulaire, aux étudiant.e.s de la 1ère année de licence au Master 2.

Transmission de connaissances

Direction des études en biologie

Du fait de cette fonction, il a des responsabilités administratives et en ressources humaines qui se traduisent par un certain nombre de documents à rédiger, à lire ou à signer ainsi que l’organisation de réunions.

Des responsabilités administratives

Recherche / Management / Gestion de projet

Il dépend du Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon créé récemment au Centre Léon Bérard.

La communication, le moteur de la recherche

Son environnement professionnel

La structure

Ulrich partage son temps entre l’Université Lyon 1 et le laboratoire du Centre de Cancérologie de Lyon au Centre Léon Bérard.

Des échanges permanents

Une majorité de collègues femmes

A l’Université Lyon 1, le métier d’enseignant-chercheur en biologie est mixte, en effet, les femmes représentent 51 % des effectifs.
Pour le métier de maitre de conférences dans le domaine de la biologie , les femmes sont largement plus nombreuses que les hommes : 60% des effectifs à Lyon 1.

La féminisation du métier