Lucille, 24 ans, s’est intéressée assez jeune au domaine de l’informatique. Pour son stage d’observation en classe de 3e, elle a suivi sa mère, informaticienne, dans son entreprise. Cet univers lui a immédiatement plu. L’idée est restée et a fait son chemin. Après avoir longuement hésité avec des études en architecture, elle a finalement décidé de rejoindre l’université pour découvrir toutes les branches et secteurs qu’offre l’informatique. Lorsqu’elle a eu l’occasion de faire de la programmation et du développement pour la première fois en licence, ses premiers souhaits d’adolescente se sont confirmés. Il n’y avait plus l’ombre d’un doute à ses yeux, elle a immédiatement su qu’elle voulait se spécialiser là-dedans et poursuivre son parcours dans l’image. Même si elle ne joue pas aux jeux vidéos, elle a toujours été fascinée par l’univers graphique créé autour et est heureuse aujourd’hui d’y contribuer à sa manière. Cette dimension artistique dans son métier n’est pas le fruit du hasard et se retrouve dans ses hobbies et passe-temps favoris. Outre son intérêt pour les jeux de société et jeux de rôle, relativement proche d’ailleurs du milieu du jeu vidéo, elle est passionnée de théâtre, de musique et de photographie.

Son Conseil

« Il faut savoir être curieux et ouvert d’esprit aussi bien dans sa vie personnelle que professionnelle. » 

Son cursus universitaire

Elle ne regrette pas son choix de rejoindre l’Université pour l’ouverture d’esprit et la vision d’ensemble qu’elle offre sur le domaine de l’informatique.

Une vision globale de l’informatique

La mixité durant ses études 

Le cursus Informatique fait partie des filières les moins mixtes de l’Université, et ceci est d’autant plus vrai dans la spécialisation Image.

Moins de 10% de filles

Sa recherche d’un emploi

L’informatique est un secteur porteur. C’est finalement par le biais de l’université et plus particulièrement du département Informatique qu’elle a trouvé du travail

L’importance du réseau

Son évolution dans le domaine de la recherche

Ce qui lui plait avant tout dans la recherche, c’est le volet technique de son métier et le fait de travailler en équipe.

Faire preuve de ténacité

Un nouveau départ

Son métier d’Ingénieure d’études en Informatique

Sa vision

Les aspects les plus plaisants du métier :

  • la programmation à proprement parler
  • l’absence de monotonie
  • le mélange entre les sciences techniques et l’aspect artistique
  • les possibilités de tester, d’expérimenter de nouvelles choses dans la recherche publique
  • l’ouverture d’esprit sur d’autres domaines annexes à l’informatique graphique.

Les aspects plus négatifs :

  • le côté parfois abstrait de la recherche : moins concret qu’en entreprise.

Zoom sur ses missions

Lucille participe à la génération de contenus graphiques pour le domaine du jeu vidéo, même si ses recherches peuvent potentiellement ensuite être utilisées par n’importe quelle entreprise qui aurait besoin d’environnements naturels 3D.

La programmation

Son rôle est de rechercher et de trouver des techniques afin de générer automatiquement des éléments graphiques, comme une montagne ou une rivière.

Des solutions techniques

Les détails graphiques des jeux vidéos

Elle génère les détails sur un terrain de jeux vidéos et fait interagir les éléments du décor.

Simplifier pour gagner du temps

Les interfaces graphiques

Même si cette activité ne constitue pas son cœur de métier, elle conçoit des interfaces graphiques.

Partir de l’existant et aller plus loin

La recherche et le partage d’informations

En recherche, les échanges sont nombreux et indispensables pour avancer.

L’interactivité, le moteur de la recherche

Son environnement pprofessionnel

La structure

Le Laboratoire d’InfoRmatique en Image et Systèmes d’Information (LIRIS) est une unité de recherche liée au CNRS.

Une certaine liberté

Ses relations professionnelles

Dans la recherche publique, la culture universitaire prédomine.

Une solidarité a toute épreuve

Un univers très masculin

Ce laboratoire, qui comprend six pôles de compétences est relativement mixte et pas représentatif de la réalité du monde du travail dans l’image.

Une réalité flagrante en informatique graphique