Sébastien a toujours été attiré par les sciences en général. Il a dévoré tout au long de sa jeunesse quantité de bouquins dont un certain nombre sur l’astronomie et les animaux. Il a d’ailleurs voulu devenir vétérinaire pendant quelques années. Il s’est aussi intéressé très jeune aux technologies et à l’informatique qui lui servent aujourd’hui tous les jours dans son travail pour numériser des données et collaborer à la mise en place de nouveaux logiciels. Ce qu’il apprécie avant tout dans son métier actuel, c’est l’aspect relationnel et le côté concret. Derrière chaque prélèvement il y a un patient. Se sentir utile, c’est ce qui le motive à se lever chaque matin pour aller au travail. Passionné, il souhaite encore rester quelques années sur le terrain.

Son Conseil

« Toutes les expériences professionnelles sont enrichissantes et formatrices pour atteindre l’objectif qu’on s’est fixé. » 

Son cursus universitaire

C’est en licence qu’il a découvert la chimie analytique. Au travers des stages, cette attirance s’est confirmée.

Son intérêt pour la chimie analytique

La mixité durant ses études

Contrairement à de nombreux domaines scientifiques, en chimie, les filles sont plus nombreuses.

65% de filles en sciences analytiques

Ses premiers pas dans le monde du travail

A la fin de son master, il avait la possibilité de réaliser une thèse mais il a décidé de chercher du travail tout de suite.

Un poste de technicien

 Son parcours professionnel

Dans son poste actuel, Sébastien a des responsabilités techniques et d’encadrement du personnel.

Être polyvalent et adaptable

Des opportunités fréquentes

Son métier de manager du département de chimie analytique

Sa vision

 Les aspects les plus plaisants du métier :

  • le renouvellement permanent,
  • pas de possibilités de se reposer sur ses acquis
  • le côté stimulant avec l’absence de routine
  • l’impression de faire quelque chose d’utile pour les autres
  • la reconnaissance d’une expertise
  • l’intérêt scientifique de son métier.

Les aspects plus négatifs :

  • les problèmes techniques à répétition à régler : chaque matin, il se demande ce qui va arriver dans la journée
  • la pression des correspondants de plus en plus exigeants sur les délais
  • l’aspect ‘relations humaines’ et ‘management’ : pas toujours facile de trouver le bon équilibre, savoir adopter la bonne attitude.

Zoom sur ses missions

En tant que manager du département, il intervient au quotidien sur le terrain, pour coordonner ses équipes ou trouver des solutions techniques sur les machines, en fonction des différents problèmes qu’il va rencontrer tout au long de la journée.

Amélioration continue

Son rôle consiste à trouver des solutions pour que les opérations soient réalisées de plus en plus rapidement par les machines ou manuellement par les technicien.e.s.

Optimiser les procédés

Développement analytique

Management

 Qualité

L’optimisation des procédés d’analyse ne doit pas se faire au détriment de la qualité mais au contraire, elle doit toujours continuer de l’améliorer, à condition de respecter les normes strictes en vigueur.

Un enjeu essentiel

Sécurité

Les risques chimiques et biologiques sont réels.

Prévenir les risques d’incident

Maintenance des machines

Une grosse partie du travail en chimie analytique dépend d’appareils conçus pour faire de la recherche et donc pas forcément adaptés à la production.

Régler les problèmes techniques

Gestion des résultats

Une fois que les biologistes ont interprété les résultats, il doit s’assurer qu’ils parviennent aux patients dans les meilleurs délais.

Informatisation des données

Gestion des fournisseurs

Les fabricants et fournisseurs des appareils utilisés sont des interlocuteurs incontournables.

Gérer le SAV

Son environnement professionnel

La structure

Le groupe Biomnis compte plus de 1 000 salariés en France et à l’étranger, dont 400 personnes sur le site de Gerland à Lyon.

Vers davantage de responsabilités

Son environnement professionnel

Responsable d’équipe, Sébastien est en contact avec des personnes issues aussi bien de l’université (notamment les biologistes), d’écoles d’ingénieurs ou de commerce.

Une certaine marge de manœuvre

Une majorité de femmes dans les laboratoires

Il travaille principalement avec des techniciennes mais son service est plutôt mixte.

Les tendances évoluent