Jonathan, 25 ans, est un jeune homme ambitieux avec des projets plein la tête. Originaire de la Réunion, il s’est inscrit à l’IAE de l’île pour suivre un Master pro en alternance en Ressources humaines et Organisation, et recherche actuellement une entreprise. A terme, il a pour objectif de lancer, avec un associé, son entreprise de conseil dans l’agroalimentaire, pour les micro-entreprises locales. Et ce n’est pas le fruit du hasard s’il a fait le choix de suivre des études dans cette voie. En plus d’être un milieu porteur, qui recrute, ce n’est autre que le premier secteur d’activité de l’île. Son rôle serait alors de les accompagner dans le lancement de leur projet, et les aider à monter leurs dossiers de financement. Et pourquoi pas développer, dans un second temps, une activité d’import/export des produits de ces entreprises vers la métropole.

Son Conseil

« L’agroalimentaire est un secteur d’avenir qui recrute, les possibilités de postes sont nombreuses à condition de se donner les moyens, d’être sérieux et rigoureux dans son travail. »

 Son cursus universitaire

Un parcours linéaire

A l’issue de son BTS, il a essayé de chercher du travail mais n’a pas trouvé. C’est pourquoi il a décidé de compléter sa formation et de rejoindre la licence professionnelle en ingénierie de la production alimentaire.

L’alternance, un vrai plus

Il avait effectué son stage de 2e année de BTS à l’île de la Réunion en qualité. Il devait alors élaborer des purées de fruits et délimiter le territoire de production en déposant une Indication Géographique Protégée (IGP).

Puis en licence, il était en alternance dans une brasserie, à Fontaine sur Saône, en tant que responsable de la production : « C’est un poste très intéressant et formateur qui exige une certaine polyvalence. » Il a conçu un logiciel de gestion en collaboration étroite avec un informaticien.

Stages et formation en alternance génèrent une expérience à valoriser sur le CV. « Avoir seulement des savoir-faire théoriques et aucune mise en pratique de ses acquis, rend difficile les recherches d’un emploi. Les recruteurs font plus confiance à des personnes qui sortent d’une alternance. »

La mixité pendant ses études

En licence professionnelle, les filles étaient plus nombreuses dans sa promotion, soit 65% des effectifs.

Une mixité quasiment inexistante

Un parcours professionnel riche

A la fin de sa licence professionnelle, Jonathan n’a pas eu de période de latence et a trouvé très rapidement un emploi.

De multiples expériences

Avec davantage d’expérience, il pourra prétendre à des postes de responsable d’atelier.

 

La maitrise des technologies

Chef d’équipe, il reste sous l’autorité de son responsable de production. Cependant, malgré l’informatisation des données, il jouit d’une certaine liberté.

Une certaine marge de manœuvre

Son métier de Pilote de Fabrication / Conducteur de ligne

Sa vision

Les aspects les plus plaisants du métier :

  • les responsabilités liées au poste de pilote de fabrication
  • le travail de gestion des productions et de coordination des équipes de caristes
  • le côté interactif de son poste et l’aspect communication auprès des entreprises extérieures ou lors de visite des ateliers
  • des missions assez variées.

Les aspects plus négatifs :

  • le travail de manutentionnaire associé au poste de conducteur de ligne avec la manutention des matières 1ères, notamment des emballages pour approvisionner les machines
  • les horaires difficiles : commencer parfois très tôt le matin.

Zoom sur ses missions

Jonathan a la particularité d’occuper deux fonctions bien distinctes au sein de son entreprise actuelle. Il est à la fois pilote de fabrication et conducteur de ligne.

Pilote de fabrication

Il intervient à toutes les étapes de la fabrication, de l’approvisionnement jusqu’à l’élaboration finale du jus avant de l’expédier en conditionnement.

Un rôle de supervision

Conducteur de ligne

Jonathan doit s’assurer que la ligne de mise en conditionnement fonctionne sans encombre et qu’elle est bien approvisionnée.

La gestion de l’approvisionnement

Son environnement professionnel

   La structure

Il considère que travailler pour un groupe est un atout sur le CV face à un recruteur et que cela offre davantage de perspectives.

Le leader sur le marché français


Ses relations avec son entourage professionnel

Du fait de son poste de chef d’équipe, il a quelques responsabilités et un rôle important de supervision afin de s’assurer du bon déroulement des opérations.

Un poste interactif

L’agroalimentaire attire de plus en plus de femmes

Selon les ateliers de l’usine, les femmes sont plus ou moins représentées. Même si, de façon générale, elles restent minoritaires dans les ateliers, elles sont de plus en plus nombreuses à devenir conductrices de ligne, techniciennes qualité, chargées d’études marketing, responsables innovation, recherche et développement ou encore négociatrices de matières premières.

Une mixité toute relative